Andrea Agnelli, héritier d’une longue dynastie

13 avril 2018

Un Agnelli à la tête de la Juventus Turin, ce n’est pas d’une originalité folle. Après Umberto Agnelli, son père, président de la Juventus de 1956 à 1962, tout comme son oncle Giovanni de 1947 à 1954 et son grand-père Edoardo de 1923 à 1935, Andrea Agnelli, officiellement élu le 23 avril 2010 par le conseil d’administration du club, à l’âge de 34 ans, est le quatrième Agnelli du nom à occuper ce poste. Né le 6 décembre 1975 à Turin, il a accompli ses études en Angleterre et en Italie. Débutant sa carrière en 1999, il a occupé plusieurs fonctions dans le domaine du développement stratégique, du marketing, du sponsoring et de la communication d'entreprise au service de Ferrari, Uni Invest SA et Philip Morris International. Puis, sa passion pour le football l’a conduit à reprendre le flambeau familial pour diriger la « Vieille Dame », après avoir travaillé comme assistant dans le secteur commercial du club. Président de la Juventus au printemps 2010 à la place du Français Jean-Claude Blanc, il a ensuite rejoint le Comité exécutif de l'European Club Association (ECA) en 2012. Il a été nommé au Comité exécutif de l'UEFA, en tant que représentant de l'ECA en septembre 2015 et, deux ans plus tard, il était élu président de l’Association, succédant ainsi à Karl-Heinz Rummenigge, en poste depuis 2008. Après une première saison difficile, il ramènera la Juventus au haut niveau et inaugurera également le Juventus Stadium. Grâce à d’excellents résultats sportifs (champion d’Italie en 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017) et à une stratégie financière efficace, Andrea Agnelli s’affirme aussi bien sur la scène du football italien, qu’il veut réformer, qu’au plan international. Il sera l’une des principales attractions de la 3e Convention du Football Professionnel, organisée à Cannes les mardi 22 et mercredi 23 mai.