News

Baromètre 2017 du football professionnel, changement de rythme pour la filière du foot pro

Par premiereligue | 16 novembre 2017

Première Ligue, l’UCPF et le cabinet EY ont dévoilé, jeudi 16 novembre, les résultats du « Baromètre des impacts économiques et sociaux du football professionnel » pour la saison 2015-2016. Le périmètre de l’étude se base sur les 40 clubs de Ligue 1 Conforama et Domino’s Ligue 2 de l’époque ainsi que les 3 clubs de National au statut professionnel (CA Bastia, Châteauroux et US Orléans).

Selon l’étude, la filière du football professionnel a généré 7,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015-2016. Un chiffre qui prend en compte les revenus des 43 clubs (2,12 milliards) mais également ceux générés par les activités connexes en local et au national (prestataires, médias, paris sportifs…).

Malgré une faible augmentation des droits TV, la filière du football professionnel affiche ainsi une forte croissance (+27% de chiffre d’affaires entre les saisons 2010-2011 et 2015-2016), notamment sous l’effet des transferts, des recettes de sponsoring et des paris sportifs. 52% du CA des 43 clubs est généré par le Big Four (PSG, AS Monaco, OL et OM), ce qui dénote à la fois une concentration et un impact du PSG, dont le budget est passé de 103M€ à 550M€ en cinq ans.
Parmi les autres chiffres significatifs, signalons que 34 815 personnes sont employées au sein de la filière, à la fois dans les clubs, mais aussi parmi les fournisseurs locaux, les industriels et les médias liés au football. Les effectifs sportifs et administratifs des clubs de football professionnel ont augmenté de 51% en 5 ans (+2 469 emplois). On compte désormais 32 emplois pour 1 joueur professionnel (34 815 emplois / 1086 joueurs pros dans les 43 clubs).
Enfin, les stades de nouvelle génération, construits ou rénovés dans le cadre de l’Euro 2016, ont permis d’améliorer leur capacité et les recettes de billetterie (+23% en cinq ans), mais aussi la qualité de l’accueil et l’expérience pour les spectateurs.