Quelles évolutions pour les compétitions ?

Par premiereligue | 09 janvier 2018
Convention du Football Professionnel 2017

« Format, arbitrage, technologie : quelles évolutions pour les compétitions ? » : la conférence organisée dans le cadre de la Convention a permis à Claude Michy, président de Clermont Foot 63 et de l’UCPF, Bertrand Desplat, président de l’En Avant de Guingamp, Marc Keller, président du RC Strasbourg Alsace et membre du comité exécutif de la FFF, et François-Charles Bideaux, directeur de la Production des Sports du Groupe Canal+, de livrer leur point de vue.

Claude Michy : « Il faut aller vers ce que réclame le fan »

« Utiliser la Domino’s Ligue 2 comme terrain d’expérimentation est une analyse partagée par beaucoup de clubs et par la Ligue. Nous sommes plus adaptables, les enjeux sont différents, le championnat est souvent serré. Nous avons expérimenté les Barrages en 2017 et nous allons mettre en place des play-offs en 2018 (Le 4e de Domino’s Ligue 2 recevra le 5e, puis le vainqueur ira affronter le 3e. Le vainqueur de ce deuxième match disputera le Barrage contre le 18e de Ligue 1 Conforama). Des play-offs, cela veut dire du spectacle, de l'émotion. Il faut aller vers ce que réclame le fan. »

Bertrand Desplat : «  Nous devons réinventer l’expérience fan  »

« Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient. Longtemps, le football a été géré comme une haute administration, puis nous avons vécu une révolution culturelle. Il y a eu ensuite une autre révolution, structurelle : les cinq premiers de la saison 2016-17 de Ligue 1 possèdent tous de nouveaux investisseurs : AS Monaco (russe), Paris SG (qatari), OGC Nice (chinois et américains), Olympique Lyonnais (chinois) et Olympique de Marseille (américain). Ce qui manquait et manque encore, ce sont des stars, des joueurs qui font la différence et font adhérer le public.
Le stade connecté est un enjeu, la Licence club est un outil de progrès. Cela n’est pas facile d’investir, mais c’est indispensable. Un simple écran ne suffit plus, il faut que l’ensemble de nos stades deviennent un rêve. Il s’agit de placer les consommateurs dans les meilleures conditions.
Après avoir interdit de stade tous ceux qui n’y viennent pas pour le football, il est aussi important de parler des relations avec les fans. Nous avons eu recours à Guingamp à une forme d’actionnariat populaire, si je peux dire, qui a eu un succès extraordinaire : nous avons 15 206 souscripteurs au sein du club “ Kalon EAG ”, ce qui représente deux fois la population de la ville ! Les fans sont ravis d'être reconnus, l’opération a bouleversé les relations qu’on a avec eux. Nous devons réinventer l’expérience fan, sans limites à nos rêves. Il faut avoir le droit de rêver, d’inventer, d’expérimenter. »

Marc Keller : « Trouver des solutions pour créer du lien »

« Au RC Strasbourg, nous essayons de capitaliser sur nos atouts. Chaque année, une soupe est offerte à 4 ou 5 000 supporters avant un match (la soupe d’Egon), il y a maintenant un mur bleu de supporters derrière un but, nous avons créé la Journée des femmes avec l’association Femmes de foot (association créée en 2017 par Sabryna Keller, l'épouse de Marc Keller)… Nous essayons de trouver des solutions pour créer du lien, nous nous appuyons sur le développement du club et de ses recettes, nous travaillons beaucoup sur le sponsoring. Nous poursuivons trois objectifs : améliorer le comportement des joueurs, augmenter la durée de jeu effectif, qui est inférieure à 60 minutes, améliorer l’attractivité des matchs. De ce point de vue, la technologie sur la ligne de but est très bien. J’espère qu’il y aura bientôt un arbitrage vidéo total, en Ligue 1 et en Ligue 2. » 

François-Charles Bideaux : « Le numérique et le digital sont associés à l’audiovisuel »

« Quand on me dit que l’image de nos stades était différente pendant l’Euro 2016, je souligne que ce sont nos réalisateurs qui étaient utilisés et qu’ils en seront à leur troisième Coupe du monde en Russie, en 2018. Ils sont reconnus au niveau mondial. Après, il y a les pelouses, l'éclairage, le branding… Lors de la Ligue des champions ou de la Coupe du monde, il n’y a pas de “ guirlandes de Noël ” dans les stades. De nouveaux emplacements de caméras peuvent représenter un coût, mais c’est nécessaire.
Je voudrais relever quelques tendances : les chaînes premium et hyper premium ont de plus en plus recours à l’ultra HD et ce mouvement ne s’arrêtera pas ; Canal+ commence à diffuser du National, des finales U15 et U17. Nous créons de nouveaux formats adaptés à l'économie de ces produits. Le match de National Paris FC - Marseille Consolat a attiré 170 000 téléspectateurs : c’est autant qu’un Stoke - Norwich auparavant (quand Canal+ diffusait la Premier League) ; le numérique et le digital sont à présent associés à l’audiovisuel. »