Christian Seiffert (directeur général de la Bundesliga) : « Conserver nos valeurs, mais également attirer les flux financiers »

« La règle du « 50+1 » réserve à l’association la majorité des droits de vote (50 % + 1) au sein du club, même si l’association n’est pas actionnaire majoritaire. Cette règle n’est pas issue d’une loi, elle est inscrite dans les statuts de la DFL depuis 2000.  C’est une particularité allemande qui a ses avantages et ses inconvénients. Cela permet de s’assurer que les valeurs sur club sont respectées et qu’un club ne sera pas vendu trois fois en un an par exemple, comme cela peut être le cas ailleurs. Il y a également des inconvénients, cela complique notamment l’arrivée d’investisseurs étrangers. Il est bon que des clubs ne tombent pas entre les mains de personnes qui les utilisent comme des jouets, mais il y a également de nombreux investisseurs étrangers très sérieux, qui apportent une vraie vision et contribuent à structurer les clubs où ils arrivent. Nous devons trouver un juste milieu : conserver nos valeurs, mais également attirer les flux financiers. »

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Actualités

Sur les réseaux

Convention

L'édito à la une

Dernière news