TROIS QUESTIONS A… Bernard Caïazzo (*) « Nous devons aider Mediapro et Canal+ »

PAR DENIS CHAUMIER

« – Partagez-vous l’inquiétude de certains présidents de clubs au sujet de Mediapro ?
– Absolument pas, pour trois raisons. La première remonte au résultat de l’appel d’offres lorsque le cabinet d’avocats Clifford Chance, qui nous accompagne sur le sujet depuis 20 ans, a exprimé son avis juridique en rassurant la Ligue et les clubs sur la solvabilité de Mediapro et sur les garanties figurant dans le contrat. La deuxième découle du catalogue de droits TV unique que possède Mediapro sur la période 2020-2024 (1). Tout fan devra s’abonner à la chaîne s’il veut suivre chaque semaine son club en Ligue 1 ou en Ligue 2 puisqu’elle détient les droits sur 90% de la programmation globale de chaque journée. Quant aux « tops matchs », ils seront tous diffusés le dimanche soir sur Mediapro, raison supplémentaire de souscrire un abonnement. Enfin, troisième raison : le rachat par Canal+ des droits de beIN constitue une excellente nouvelle pour Mediapro. Il sera plus facile pour elle d’aller à la chasse aux abonnés de BeIn que de prendre ceux de Canal+ ! Sans Ligue 1, beIN risque de se retrouver très exposé à la concurrence de Mediapro. N’oublions pas aussi qu’il est possible de se désabonner de beIN en quelques clics, ce qui n’est pas le cas pour Canal+…
– Canal+ revient finalement en scène. C’est une satisfaction pour vous ?
– J’avais été très affecté, en mai 2018, lorsque Canal+ n’avait remporté aucun lot. Dès 1984, année de création de la chaîne, j’ai travaillé en relation avec elle à titre professionnel. Ce fut une magnifique aventure qui m’a permis de connaître les Lescure, Bietry, Denisot, et tant d’autres qui ont fait de cette chaîne une référence. Je me considère comme un compagnon de Canal+ depuis 35 ans… Je suis donc heureux de constater que le nouveau Canal vient d’investir près de 800M€, entre les compétitions domestiques et européennes (2). En fait, si Canal s’adresse aux fans désireux de voir les grandes équipes européennes, Mediapro parle peut-être davantage aux fans des clubs et du football français. Il y a une forme de complémentarité. Quant à beIN, sa position de repli interroge même si ses dirigeants se disent lassés, à juste titre, par le piratage et la perte d’argent qu’il occasionne. Certains assurent qu’il s’agit d’un signal de départ de la France, qui ira croissant jusqu’à 2022. Ce serait pour moi un véritable crève-cœur car les équipes de beIN sont formidables à commencer par Yousef Al Obaidly, son patron.
– Comment envisagez-vous l’avenir du paysage audiovisuel français et donc des clubs ?
– D’abord, respectons les acteurs et les diffuseurs ! Même si des surprises sont toujours possibles du côté de beIN et de RMC, le football français comptera à priori deux diffuseurs majeurs : Mediapro et Canal+. Certains estiment que les jeux ne sont pas définitivement faits, alors restons tous vigilants. Mon conseil aux clubs est clair : humilité et prudence dans les dépenses, pensez à constituer un bas de laine au cas où. Notre économie peut très bien être positive les deux premières années du contrat et se tendre à partir de 2023. Mais j’ai un autre conseil à formuler : il faut tout faire pour soutenir les diffuseurs, en produisant le meilleur spectacle de football possible. C’est un vœu et un programme qui impliquent tout le monde : les dirigeants, les staffs techniques, les joueurs, les arbitres mais aussi les spectateurs. Les diffuseurs ont consenti de gros efforts financiers, nous devons les aider. Pour la répartition du montant des droits, une commission de sept représentants de clubs de Ligue 1 travaille à cet effet. Elle fera une recommandation en février 2020 pour une décision définitive en mars. Il s’agira de déterminer le partage au sein de la Ligue 1 mais aussi de décider des reversements de solidarité. »

(1) Pour la Ligue 1, Mediapro détient le Lot 1 (1 match par journée, le dimanche à 21 heures, les 10 meilleurs matches de la saison, 28 choix 3, le grand magazine du dimanche et le magazine bilan), le Lot 2 (2 matches par journée, le vendredi à 21 heures et le samedi à 17 heures, 38 choix 2, 38 choix 5, magazine présentation de la journée), le Lot 4 (5 matches par journée + 21 matches par saison en co-diffusion le dimanche à 13 heures, le dimanche à 15 heures (multiplex de 4 matches), le magazine du dimanche matin), 21 matches par saison en co-diffusion avec Canal+ (hors choix 1), le Lot 5 (trois multiplex chaque saison (journées 19, 37 et 38), barrages de Ligue 1 et Ligue 2, Trophée des champions) et le Lot 7 (magazines du lundi et du jeudi soir). Pour la Ligue 2, Mediapro possède le Lot 1 (8 matches en direct par journée de championnat, diffusés le samedi à 19 heures, un magazine « Le tour des stades » le samedi à 18 heures, un magazine le dimanche matin) et le Lot 4 (les magazines du mardi au vendredi).

(2) Après accord de sous-licence avec beIN, Canal+ a récupéré le Lot 3 (2 matches par journée (76 par an, 55 en exclusivité dont les choix 1), le samedi à 21 heures, le dimanche à 17 heures, 28 choix 1 + 10 matches 3, 38 matches de choix 4, le magazine du samedi soir).

(*) Président de Première Ligue

 

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Actualités

Sur les réseaux

Convention

All articles loaded
No more articles to load

L'édito à la une

All articles loaded
No more articles to load

Dernière news

All articles loaded
No more articles to load